Le Blog de la Villa Kerasy Hotel Spa à Vannes

Test Test

La carpe koï, mascotte de la Villa Kerasy

La carpe koï est un grand poisson ornemental asiatique. Très prisée et élevée en Chine, en Corée, au Japon et au Vietnam, ce poisson d’eau douce a été obtenu à partir de croisements entre individus sélectionnés de la Carpe commune qui vivait à l’origine dans les rizières.

Pourquoi japonaise ?

La plus prisée des carpes koï est le tancho. Cette carpe est blanche avec une tache rouge unique sur le sommet de la tête, particulièrement appréciée des Japonais en raison du motif rappelant le drapeau du pays. Son nom provient de la grue du Japon, qui arbore également ce motif.

Presque centenaire !

Essentiellement végétarienne, cette carpe n’est pas un prédateur malgré sa grande taille. Ces poissons arborent diverses couleurs : rouge, blanc, jaune, noir, etc. Certaines variétés colorées sont très prisées par les collectionneurs et atteignent des prix énormes alors qu’elles ne sont encore âgées que d’environ deux ans. En Asie du Sud-Est, les koïs sont considérées comme un symbole d’amour et de virilité. La carpe est réputée pour sa longévité, en général 18 à 20 ans, mais certains spécimens sont arrivés à presque 100 ans.

Mangent-elles en hiver ?

Plus la température de l’eau est élevée, plus les carpes seront voraces. Lorsque la température descend en dessous de 6 °C, les carpes cessent pratiquement de s’alimenter et entrent dans une phase de semi-hibernation qui peut durer tout l’hiver. Elles se cachent alors au fond du bassin, presque enfoncées dans la vase afin de se protéger du froid. Elle se contente de tout type de nourriture pour poisson de bassin.

Quelle taille de bassin ?

Les carpes koïs ne peuvent être maintenues qu’en extérieur, dans des bassins aménagés ou des étangs. Elles sont incapables de survivre en aquarium car il faut un mètre cube d’eau pour une carpe adulte. La carpe koï est un animal paisible et familier, la cohabitation avec d’autres espèces de poissons ne pose donc aucun problème. Elle mange ses œufs pour limiter la surproduction et régule ainsi la capacité à la taille du bassin.

Mobydick, le petit dernier

carpesNous avons commencé en 1999 avec un couple qui nous a fait 3 portées en 15 ans. Chaque portée donne des poissons de couleurs différentes. Il y a quelques années, notre voisine, nous a apporté Mobydick, un bébé poisson rouge qui ne tenait plus dans l’aquarium de la maison. Après  s’être caché plusieurs semaines parmi les plantes aquatiques, Mobydick a su évoluer avec les carpes sans risquer de se faire manger.  Aujourd’hui le bassin compte 14 poissons qui font le bonheur des petits et des grands, surtout à leur petit déjeuner !

Loading Facebook Comments ...