Sites d'exception en Bretagne n° 4: Côte sauvage de Quiberon

Côte sauvage de Quiberon

cote-sauvage-1000Source : http://www.auray.org/ | Crédit photo : Yannick Le Gal

Vraiment sauvage !

La côte de la Presqu’île de Quiberon porte bien son nom, tournée vers l’ouest, s’étend sur 8 Kms depuis le Château Turpault jusqu’à la Pointe du Percho. La Côte Sauvage est sans cesse harcelée par la mer et les vents. Même par temps calme, les vagues viennent se fracasser bruyamment sur les falaises escarpées, provoquant des jaillissements d’écume. L’érosion y a façonné d’innombrables criques, récifs, grottes et arches qui ne se dévoilent qu’à marée basse. Les falaises sont couvertes d’un coussinet d’herbe rase où fleurissent de petites fleurs roses : l’oeillet et l’armérie maritimes. Pour découvrir la Côte Sauvage en partant du Château Turpault, empruntez la route côtière jalonnée de nombreuses aires de stationnement et longez le sentier côtier. Vous découvrirez l’ancien Vivier, le Trou du souffleur, la fontaine de Port Kerné, la pointe de Kervihan où affleurent les fortifications d’un camp néolithique, Port Bara et sa grotte visible à marée basse, la plage de Port Blanc et son arche, la Pointe du Percho dominée par les vestiges d’un poste de douanier, et enfin la Pointe de Beg en Aud et son camp vénète. La mer est dangereuse et la baignade y est interdite en raison des lames de fond mais l’été les plages sont envahies de touristes et de surfeurs.

Au gré du déplacement des bancs de sables, les plages laissent apparaître des décors très différents d’une saison à l’autre. La température de l’eau dépasse rarement les 18 degrés même en plein été. La houle pousse souvent de gros rouleaux qui viennent s’écraser en vagues déferlantes sur le rivage. Sur cette côte exposée plein ouest, les vagues peuvent mesurer jusqu’à 3 mètres en hivers et plus d’1 mètre en été. En remontant la côte de la pointe du Percho vers Quiberon, le sentier côtier passe par les plages de Port Blanc, Port Rhu, Port Bara et Port Goulom.

Un sublime trait d’union

La presqu’île de Quiberon s’avance profondément dans l’océan Atlantique. Au sud-ouest de l’isthme de Penthièvre, jadis recouvert par les flots, s’étire une côte sauvage aux paysages vivifiants. Façonnée dans le granit par des millénaires d’érosion marine, elle présente de multiples visages. Du côté de Beg en Aud et de la pointe du Percho, territoires ancestraux fréquentés par les hommes du néolithique et de l’Âge du fer, s’élèvent des falaises obliques déchirées par les houles. Il n’est qu’à voir la taille des gros galets drossés au fond des anses pour juger de la force colossale des éléments qui sévissent ici. À quelques encablures plus au sud, dans une perspective paysagère unique en Bretagne, se profile l’Arche de Port Blanc. Joyau géologique éphémère, à l’égal de quelque mythique Aiguille Creuse, elle donne aux rivages un aspect fantastique. Détachés de la presqu’île, quelques îlots côtiers couverts d’obiones composent au large de Port Bara un véritable dédale rocheux où, en toute quiétude peuvent se réfugier hors de portée des humains, les oiseaux marins. Çà et là, sur les rares plages de la côte, roulent de longues vagues qui se retirent en fins liserés d’écume.

L’un des plus grands massifs dunaires de France

De Gâvres à Quiberon apparait le cordon dunaires chevelu. Reliques d’une époque où les vents balayaient les fonds marins exondés et charriaient sur terre d’énormes quantités de sable, d’anciennes dunes perchées couvrent une bonne partie du littoral de Saint Pierre Quiberon. À mesure que l’on rejoint l’extrémité de la presqu’île, le relief s’abaisse peu à peu pour laisser la place à de vastes pelouses rases. Lors des tempêtes d’automne et d’hiver, il règne sur ces étendues désertes une atmosphère de bout du monde qui contraste fortement avec le fourmillement estival. Plus en retrait du trait de côte, landes et pinèdes éparses sont traversées par endroits de murets de pierres qui forment un bocage lithique remarquable. À cheminer sur cette côte sauvage, le sentiment d’être au Sud, dans un pays étrangement méridional, s’impose imperceptiblement à la raison.
 


 

Sites utiles :

 

Les 18 sites incontournables de Bretagne :